top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurWhat is Happening in Congo?

Les États-Unis d’Amérique et le sang congolais qu’ils ont contribué à faire couler



Les États-Unis d'Amérique, la terre des opportunités, la patrie des courageux, le pays des libres et le leader du monde libre. Cette nation s’est positionnée comme la libératrice de tous et le phare autoproclamé de la démocratie. Au centre de la plupart des avancées technologiques, vous trouverez toujours les États-Unis. Ils sont LA superpuissance du monde et se sont désignés comme juge, juré et bourreau dans les affaires liées à l'humanité de l'humanité. C’est le mirage magnifiquement organisé que les États-Unis ont présenté à la communauté mondiale. L’espoir omniscient, omniscient et tout-puissant de l’humanité. Cependant, lorsque vous enlevez vos lunettes roses et que vous regardez au-delà des lumières vives de Times Square et que vous regardez vraiment en dessous de tout cela, vous verrez que l'Amérique n'est rien de plus qu'un croque-mitaine pour le reste du monde. Oubliez le rêve américain, les cauchemars et les choses qui vous font peur la nuit en sont faits. Si nous devions décrire honnêtement cette nation, nous la qualifierions de pionnière de l’impérialisme moderne et de force instrumentale derrière le meurtre de millions de personnes dans le monde. Ils ont réussi à mener des guerres contre des nations pour le progrès des riches aux États-Unis, tout cela sous couvert de protéger les droits des habitants tout en exploitant ces mêmes vies et en les abandonnant après avoir extrait leurs précieux minéraux. Au Vietnam, les États-Unis ont affirmé vouloir empêcher la montée du communisme, l’antithèse de la démocratie qui existait aux États-Unis. En réalité, ils voulaient garder le contrôle de leurs réserves de pétrole, de charbon et de gaz naturel. Lorsqu’ils ont envahi l’Irak en 2003, ils ont convaincu le monde que ce n’était que pour libérer le peuple irakien du tyran Saddam Hussein et lutter contre le terrorisme mondial. Encore une fois, c'était une autre ruse ; Ils ont mené une guerre dévastatrice contre les personnes qu’ils étaient censés protéger pour accéder à leurs réserves de pétrole. La principale motivation de l’Amérique a toujours été financière, sous couvert de libération. On peut en dire autant de ses activités en République démocratique du Congo. 



Être les visionnaires qu'ils étaient et avoir toujours une longueur d'avance sur les autres, Amérique Il s'est impliqué dans les affaires congolaises dès le début de l'exploitation coloniale dans la région. À la fin du XIXe siècle, le roi Léopold II de Belgique a revendiqué le Congo et, peu après, les États-Unis d'Amérique ont soutenu cette revendication et leur revendication d'être un État indépendant. Léopold devait « introduire la civilisation et le commerce en Afrique centrale ». C'est ainsi que le roi Léopold commença à obtenir du caoutchouc et de l'ivoire du Congo. Il a réduit en esclavage et torturé les Congolais afin qu’ils puissent respecter leurs quotas de caoutchouc et amasser d’énormes richesses. Si les habitants ne respectaient pas leurs quotas, ils étaient battus ou se faisaient couper les membres. À la fin de son mandat à la tête de l’État indépendant du Congo, quelque 10 millions de Congolais avaient été tués. En 1906, les Américains étaient prêts à recevoir leur part du gâteau, et J.P. Morgan a rencontré Léopold pour discuter affaires à Douvres. Peu de temps après, Léopold a rencontré Fortune Ryan et John D. Rockefeller, Jr. à Bruxelles. En novembre 1906, le roi des Belges et des hommes d’affaires américains couchent ensemble. L'American Congo Company avait un contrat qui lui permettrait de récolter le caoutchouc du Congo pendant 99 ans sur une superficie de 10 359,95 kilomètres carrés, et elle disposait d'une option de dix ans pour acheter 5 179,98 kilomètres carrés de territoire. Lorsque les demandes du marché ont commencé à changer, l’American Congo Company s’est adaptée à son époque.



En 1921, ils ont échangé leurs droits de monopole forestier contre des droits sur 999,74 kilomètres carrés. et 100 ans de droits exclusifs sur les mines qui seraient découvertes dans la région et qui se sont révélées être des mines de diamants. Par conséquent, certains des plus grands bienfaiteurs des violations scandaleuses des droits de l’homme subies par le peuple congolais aux mains du roi Léopold étaient certains des hommes les plus riches des États-Unis, une grande victoire pour le capitalisme. Ne négligeant aucun effort, les financiers américains ont organisé Forminière et ont réussi à obtenir un monopole de 99 ans sur toutes les mines découvertes en six ans sur un territoire couvrant la moitié de l’État indépendant du Congo. Ils ont permis au roi Léopold et à ses collaborateurs belges de rogner sur toutes les concessions et options. Il y avait plusieurs hommes d'affaires et parents de membres du Sénat, comme Edward B. Aldrich, fils de Nelson W. Aldrich, qui était le leader républicain au Sénat. Les frères Guggenheim ont également été cités comme étant impliqués aux côtés de JP Morgan et John Rockefeller Jr. 


Les États-Unis se sont également impliqués dans les affaires de la République démocratique du Congo dans les années 1960. Alors que le Congo était libéré du contrôle belge, les États-Unis ont estimé que c'était à leur tour de mettre la main sur la nation. Le 30 juin 1960, le Congo obtient officiellement son indépendance de la Belgique. C'était grâce aux efforts de jeunes hommes courageux comme Patrice Lumumba, qui ne savait pas à l'époque qu'il deviendrait l'objet de la colère de la CIA. Le gouvernement américain a lancé un programme politique secret qui a duré environ sept ans. Le programme avait été initialement lancé pour éliminer Patrice Lumumba, élu Premier ministre. Ils ont remis en question le leadership de Lumumba parce qu'ils pensaient qu'il serait un véhicule du communisme tant dans le pays que sur le continent. Le programme visait à destituer et remplacer Lumumba par un dirigeant pro-occidental et ils ont fourni les fonds pour y parvenir. Le 18 août 1960, après une réunion du Conseil national de sécurité (NSC), un plan d'assassinat de Lumumba commença à être formulé. La CIA a choisi d'utiliser Joseph Mobutu, alors chef d'état-major de l'armée congolaise, pour débarrasser la RDC de Patrice Lumumba. Le programme a organisé des manifestations de masse, distribué des brochures anticommunistes et fourni du matériel de propagande. 





Le directeur du renseignement central, Allen Dulles, a souligné lors d'un appel que le licenciement de Lumumba était d'une extrême importance. La Station, l’opération dirigée par les Américains, a continué à apporter son soutien à son assassinat. Après sa capture par les hommes de Mobutu, Patrice Emery Lumumba est assassiné le 17 janvier 1961 par un officier belge et des soldats katangais. Même après la capture brutale, l'humiliation et le meurtre de Patrice Lumumba et de ses partisans, ils ont continué à soutenir l'instabilité politique au Congo pour garantir leur investissement dans le nouveau visage du Congo et du futur Zaïre, Joseph Mobutu Sese Seko. Le Groupe spécial (Comité 303) a approuvé un budget pour les actions secrètes au Congo pour les années 1960-1968 qui s'élevait à environ 11 702 000 dollars, ce qui serait aujourd'hui 121 633 987,91 dollars. Cette ingérence dans les affaires congolaises a soumis le peuple congolais qui ne s'était pas encore remis du colonialisme à des décennies de dictature sous Mobutu, qui est resté chef de l'État jusqu'en 1997. on pourrait supposer que les États-Unis en ont fini avec la République démocratique du Congo. Cependant, ils ne faisaient que commencer. Dans les années 1980, les États-Unis ont manifesté un intérêt constant pour le pays en raison de l’argent qu’ils pouvaient tirer des ressources naturelles. Les États-Unis et de nombreux autres pays avaient les yeux tournés vers le secteur minier. Leur objectif était de prendre le contrôle des sociétés minières telles que la Gécamines (cuivre et cobalt), Okima (or), MIBA (diamants) & Sominki (or et cassitérite).



En raison de leur détermination à empêcher la propagation du communisme, les puissances occidentales avaient besoin d'un une figure forte pour maintenir leur influence sur le continent et garantir qu'ils continueront à être les marionnettistes de l'ensemble du fonctionnement interne des États africains nouvellement indépendants. Ils ont trouvé ce chiffre chez Mobutu. Sa loyauté a eu un prix. Ils l'ont maintenu au pouvoir grâce à un soutien militaire et financier et Mobutu a continué à gérer ses intérêts en Afrique. C'est grâce à leur aide que Mobutu a réussi à rester dictateur dans ce qui était alors le Zaïre pendant 30 ans. Après la Belgique et la France, les États-Unis étaient le plus grand donateur d'aide au Zaïre. Plusieurs présidents l'ont loué et étaient amis de Mobutu, comme Richard Nixon et George H.W. Buisson. Son régime a reçu plus de 300 millions de dollars en armes et 100 millions de dollars en formation militaire. Lorsque l'administration de Jimmy Carter était au pouvoir, elle a tenté de prendre ses distances avec le régime de Mobutu, qui devenait de plus en plus violent. Bien sûr, ce n'était qu'une question de perception du public, puisque le Zaïre continue de recevoir près de la moitié de l'aide étrangère que l'administration de Jimmy Carter a allouée à l'Afrique subsaharienne. En 1980, la Chambre des représentants a voté la fin de l’aide militaire au Zaïre, mais les fonds ont été restitués parce qu’ils subissaient la pression de Jimmy Carter pour protéger les intérêts commerciaux américains. Même si des rapports faisaient état de violations des droits de l’homme contre Mobutu et son régime, Ronald Reagan le décrirait comme « une voix de bon sens et de bonne volonté ». Nous avons observé une dynamique similaire avec Paul Kagame et son régime et Bill Clinton.


Cependant, lorsque Mobutu a résisté à la tenue d'élections démocratiques, ses relations avec les États-Unis se sont détériorées. , cela n’a pas mis fin à l’ingérence américaine au Zaïre. Alors que les forces rebelles dirigées par Laurent Désiré Kabila s’efforçaient de renverser Mobutu, les États-Unis ont trouvé un nouveau combattant. Les sociétés minières, les sociétés de communication et les banquiers ont courtisé Kabila alors qu’il cherchait à obtenir la victoire sur Mobutu. American Mineral Fields Inc. a signé un contrat d'un milliard de dollars avec l'alliance rebelle de Kabila. Cela aurait permis à l'entreprise américaine de profiter du chaos et d'explorer les gisements de cuivre et de cobalt du sud du Congo, en plus de pouvoir créer la plus grande fonderie de zinc au monde et construire une usine de raffinage d'acide. La Gécamine, la société minière d'État du Congo, serait également exploitée par la société américaine susmentionnée et détiendrait 51% de la Gécamines, et l'ADFL de Kabila en détiendrait 49%. maintenir un monopole sur les réserves de diamants à Kisangani. Tous ces accords ont été signés et discutés avant que Kabila ne réussisse à renverser Mobutu. Cependant, lorsque Laurent Kabila est devenu président, il est revenu sur ses accords après avoir reçu un soutien militaire et financier. Il était prêt à payer le prix exigé par les Américains.



Affolé par la tournure des événements, un plan a été élaboré pour renverser Kabila. président . En août 1998, l’administration Clinton a envoyé des forces spéciales dans l’est de la République démocratique du Congo et a soutenu les efforts de guerre de l’Ouganda et du Rwanda. Ils pensaient que c’était la meilleure façon de remplacer Kabila par un chef d’État plus docile. Durant la Première Guerre du Congo, les États-Unis ont fourni à l’Ouganda environ 1,5 million de dollars en armes. Le Rwanda importait des armes américaines pour l’aider dans ses efforts contre la République démocratique du Congo. Certains soldats rwandais avaient reçu une formation des forces spéciales américaines dans le cadre du programme Joint Combined Exchange Training. Lors de l'invasion du Zaïre par le Rwanda en 1996, il a été révélé que les troupes rwandaises avaient reçu une formation spéciale, qui, selon les responsables américains, était destinée à des fins de respect des droits de l'homme. Le Washington Post a révélé peu après qu’eux aussi avaient été entraînés au combat. Cela montrait que les efforts américains dans la région des Grands Lacs africains contribuaient à l’insurrection et à la guerre. Si les troupes zimbabwéennes et angolaises ne s'étaient pas alignées sur Kabila et ses forces, la mission ougandaise et rwandaise aurait été couronnée de succès. Cela n'a pas arrêté leurs efforts pour tenter d'envahir le Congo. Les États-Unis ont continué à contribuer à la constitution de l’arsenal de huit des neuf gouvernements directement impliqués, même au début de la Seconde Guerre du Congo. Les effets de cette guerre ont continué de ravager la République démocratique du Congo depuis le coup d'État de Kabila. Les transferts militaires américains sous forme de livraisons directes d'armes de gouvernement à gouvernement, de ventes commerciales et d'éducation et de formation militaires internationales (IMETS) aux États directement impliqués ont totalisé plus de 125 millions de dollars depuis la fin de la guerre froide.



Cette tendance s'est poursuivie dans les années 2000, alors même que les administrations changeaient. D’autant plus que les Clinton ont noué des liens plus étroits avec Paul Kagame. Paul Kagame serait sous surveillance pour ses violations des droits humains ainsi que pour son leadership autocratique, ainsi que pour son implication dans les meurtres de masse de citoyens congolais. Cela a-t-il découragé Bill Clinton de chanter les louanges du président rwandais ? Bien sûr que non. Alors que la guerre se poursuivait dans l’Est, Kagame et son régime finançaient des groupes armés pour massacrer des civils congolais. Bill Clinton a continué à chanter leurs louanges. L’ancien président américain est même allé jusqu’à qualifier le belliciste de « l’un des plus grands dirigeants de notre temps ». Lors d'une fuite de courriels de la candidate présidentielle Hilary Clinton en 2016, il a été révélé qu'en 2012, Bill Clinton s'était vu offrir 650 000 dollars pour poser pour une photo avec Joseph Kabila, l'ancien président corrompu de la République démocratique du Congo qui avait besoin de l'approbation occidentale. Le pot-de-vin était accompagné d’un discours sur Kabila et, espérons-le, cela contribuerait à mettre fin à toute enquête étrangère sur lui à l’époque. Cela soulève des questions sur les Clinton. politique et pourquoi des dirigeants corrompus se sentiraient suffisamment à l'aise pour soudoyer un ancien président américain.



Comme souligné précédemment, les entreprises américaines ont des intérêts directs dans la République Démocratique. du Congo. À l’instar de l’American Mineral Fields susmentionné, la société d’ingénierie Bechtel Inc. a établi des liens étroits dans les zones rebelles déchirées par la guerre. Avec l’instabilité dans la région causée par le soutien du Rwanda aux groupes de milices armées, Bechtel pourrait bénéficier des minerais de conflit trouvés dans la région. Bechtel a préparé un inventaire gratuit des ressources minérales du Congo. Au lieu de payer pour les minéraux qu'ils extrayaient, ils ont payé pour des relevés satellitaires de la NASA en République démocratique du Congo afin d'obtenir des cartes infrarouges des minéraux du pays. Un an après que Bechtel ait exprimé son intérêt pour la cartographie des minéraux en République démocratique du Congo, du coltan a été découvert dans la région orientale du Congo. Depuis la découverte du coltan, les groupes armés ont gagné des centaines de millions de dollars grâce à la vente illicite de coltan aux États-Unis, en Europe et en Asie. Il est intéressant de noter que le Rwanda, un pays doté de réserves négligeables de coltan, est devenu l'un des plus grands importateurs de ce minéral. 


Une entreprise qui passe souvent inaperçue dans la conversation mais qui s'est complètement empêtrée dans le République démocratique du Congo, il s'agit du groupe Forrest, qui comprend le groupe OM basé dans l'Ohio. Ils possèdent plusieurs concessions minières dans les anciennes provinces du Shaba et de la Gécamines. La Gécamines, lorsque la République démocratique du Congo était encore le Zaïre et dirigée par Mobutu, était propriété de l’État. Cependant, au fil des années, elle a été progressivement privatisée, notamment sous la direction de George Forrest, propriétaire du groupe Forrest. En 2006, Forrest détenait les principaux contrats miniers de la province du Katanga. Tricia Feeney, de l'ONG Raid, a déclaré qu'en raison de son influence dans l'industrie minière, Forrest n'avait pas de règles claires à suivre. Comme de nombreuses sociétés minières, elles se sont également livrées à des actes illégaux d'exploitation minière par des enfants, à des réglementations minières laxistes et à des abus extrêmes du droit du travail, sans conséquence, depuis plus de quatre décennies.



Il y a eu un rapport du milieu des années 2000 qui détaillait comment la société minière AngloGold Ashanti Gold, qui fait partie du conglomérat anglo-américain, a des liens avec un groupe armé dangereux au Congo, le Front nationaliste et intégrationniste (FNI), responsable de certaines des pires atrocités commises en Ituri. Ils aideraient l'entreprise à accéder au site minier riche en or autour de la ville de Mongbwalu, dans le district d'Ituri. Il a été constaté qu'AngloGold Ashanti avait fourni un soutien financier et logistique important, qui s'est traduit par un soutien politique. Floribert Njabu, président autoproclamé du FNI, a déclaré que la société AngloGold Ashanti était présente dans la région parce qu'il l'avait autorisé. Ils ont continué à exploiter les terres pendant les conflits. Une grande partie des bénéfices provenait de l’exploitation minière artisanale dans la région, et des millions de dollars d’or étaient passés clandestinement de la région. La société AngloGold Ashanti était impliquée dans un groupe armé qui traitait les femmes Hema de sorcières et les brûlait vives dans leurs maisons. Le FNI a fait du porte-à-porte dans les villages et a forcé les jeunes à se lancer dans l'exploitation minière artisanale afin de fournir de l'or à des sociétés comme AngloGold Ashanti Company.



De multiples entreprises basées aux États-Unis, appréciées dans le monde entier, ne peuvent rester à l'écart lorsqu'elles abordent Les Américains et l’impact que leurs mains cupides ont eu sur le Congo. Apple, Tesla, Microsoft et Google ont récemment été cités dans une action en justice visant à obtenir réparation pour les mauvais traitements infligés aux enfants mineurs en République démocratique du Congo. Des enfants ont été blessés et tués pour leur fournir les minéraux dont les entreprises ont besoin pour fabriquer leurs produits. En 2019, une ONG basée aux États-Unis, IRAdcocates, a intenté un recours collectif contre Apple, Alphabet, Dell, Tesla, Microsoft et Google. Ce procès intenté par Terry Collingsworth et son équipe a été intenté au nom de 14 plaignants, ces plaignants étaient des enfants ou tuteurs d'enfants qui avaient été blessés ou tués après l'effondrement d'un tunnel dans les mines de cobalt où les enfants travaillaient dans le Haut Katanga. Ils ont spécifiquement nommé les sociétés susmentionnées pour le simple fait qu'elles représentent une grande partie des acheteurs sur le marché du cobalt.  Les enfants et leurs tuteurs représentent le plus grand groupe d'enfants qui restent sans nom mais qui ont subi le même sort en raison de l'extraction du cobalt. Les défenseurs de l'IRA ont allégué le travail forcé des enfants, l'enrichissement sans cause, la supervision négligente et l'infliction intentionnelle de détresse émotionnelle. Ils ont demandé aux tribunaux d'obliger les entreprises à créer un fonds qui aiderait les enfants à recevoir un traitement médical approprié après avoir été blessés lors de l'extraction du cobalt.



Comme prévu, les sociétés ont nié ces allégations et n'ont ressenti aucune responsabilité envers les enfants congolais qui a fourni les minéraux dont des gens comme Bill Gates ont besoin pour conserver son statut d’homme le plus riche du monde. La vie de ces enfants ne les concerne pas. Peu importe s'ils subissent des blessures qui changeront leur vie ou même s'ils perdent la vie tant que Larry Page et Sergey Brin peuvent laisser un héritage à leurs enfants ? Une fois de plus, la vie des enfants congolais s’est révélée sacrifiable au confort de l’Occident. Dans leur requête en rejet de l'affaire, les accusés ont affirmé que les enfants mineurs morts et blessés n'étaient pas forcés de travailler et que leur travail était forcé par des pressions économiques. Ils ont également affirmé ne pas disposer des informations nécessaires sur les abus qui se produisaient sur les sites miniers cités dans la plainte et ont donc nié toute culpabilité. Siddharth Kara, l'auteur britannique de « Cobalt Red : How the Blood of the Congo Powers our Lives », a écrit un article en 2018 dans lequel il parlait aux enfants congolais des conditions dans lesquelles ils travaillent. Il y rencontre Elodie, alors âgée de 15 ans et mère d'un enfant de deux mois. Elle et son fils ont été contraints d’inhaler de la poussière minérale mortelle. Elodie elle-même, une enfant, est devenue orpheline des mines de cobalt dans lesquelles elle était contrainte de travailler. En travaillant dans ces mines, où elle gagne environ 0,65 dollar à la fin de la journée, Elodie et de nombreux autres enfants sont obligés de remplir un sac mélangé. pierre qui sera vendue à des commerçants chinois qui la transformeront en cobalt acheté par des entreprises comme Tesla. 


Passé et présent, hier et aujourd'hui, les États-Unis ont joué un rôle décisif dans la privation systématique des droits du peuple congolais. Les terres et le peuple congolais ont été un moyen de remplir les poches des hommes d’affaires de l’hémisphère occidental. Les présidents et les gouvernements américains ont prêché une doctrine de paix et de démocratie, tout en étant les principaux obstructionnistes aux droits de l’homme. Croyant absolument qu’ils sont la Justice League de la galaxie, ils ont humilié et désigné les régimes oppressifs qu’ils ont secrètement soutenus et financés. C’est avec une grande précision et complexité que les États-Unis, en tant qu’État, ont tissé un réseau de tromperies, de vols et de violations des droits de l’homme pour profiter de la souffrance des autres. Les hommes, les femmes et les enfants congolais sont considérés comme des sacrifices nécessaires pour alimenter les braises du capitalisme et attiser les feux du progrès technologique. Alors que nous nous dirigeons vers l’ère de la consommation éthique et que nous sauvons la Terre de notre empreinte carbone, à notre insu, le prix à payer pour le changement est le sang congolais. Et les États-Unis d'Amérique sont le principal suspect sur les lieux du crime.


Pendant que nous vous avons ici, ne partez pas sans signer notre pétition en cours.


54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

留言


bottom of page